Top 5 des outils du développeur indépendant

Réaliser des produits logiciels le plus efficacement possible en tant qu’indépendant ne peut se faire sans quelques outils permettant de gérer son effort. Voici mon top 5 des outils que j’utilise en tant qu’indépendant !

1. Things

Things est un logiciel de gestion de tâches, très simple mais très performant, qui repose sur la méthodologie GTD (Getting Things Done). Auparavant, j’utilisais le logiciel gratuit iGTD, mais son développeur, Bartek, a ensuite cessé de maintenir le logiciel pour rejoindre l’équipe de… Things.

Things screenshot

Sommairement, le GTD repose sur les principes suivants :

Things permet de faire ça très efficacement, surtout lorsqu’on utilise aussi la version mobile de l’application, disponible sur iOS, et qui se synchronise via wifi avec la version bureau de l’application.

Things by Cultured Code

(En outre, pour ne rien gâcher, Cultured Code, l’éditeur du soft, a quelques idées assez innovantes en matière de dashboarding)

2. TimeBoxed

TimeBoxed est une application extrêmement simple : c’est un minuteur pour Mac OS X, idéal pour le time boxing, c’est-à-dire définir un intervalle de temps pour travailler sur une tâche donnée.

TimeBoxed screenshot

Associé à GTD, le time boxing est une excellente technique pour combattre les tendances à la procrastination, dont plusieurs articles de blog font l’apologie, parmi lesquels :

Malgré son prix un peu élevé, TimeBoxed est un outil vraiment utile et qui aide à maîtriser son temps.

TimeBoxed

3. Klok

Klok est une application de time tracking, qui aide à tracer ses activités de la semaine et, si besoin, à en faire le reporting.

Klok screenshot

Bien que son usage soit particulièrement utile dans les grosses sociétés où des relevés d’activité sont régulièrement demandés aux collaborateurs, c’est aussi un outil essentiel pour le travailleur indépendant (voire l’étudiant) afin d’analyser l’utilisation faite de son temps de travail.

En outre, pour ne rien gâcher, Klok, qui repose sur Abode Air, a un graphisme très réussi et propose une version gratuite.

Klok

4. Bugzilla

Un outil de bug tracking est également totalement indispensable. Plusieurs concurrents open source offrent les mêmes services que Bugzilla, notamment Mantis, et j’ai d’ailleurs choisi ce logiciel de manière un peu triviale : je tenais juste une occasion de l’essayer.

Bugzilla screenshot

Le bug tracking est indispensable à n’importe quelle activité de développement d’un produit, qu’il soit logiciel ou autre, même lorsque cette activité est réalisée en solo. C’est un outil complémentaire aux outils de management de tâches (comme Things) en ce qu’il permet de gérer un cycle de vie de ses items (nouveau, assigné, en cours, fermé, validé), ainsi que (et surtout !) leur historisation.

Bugzilla

5. SVN

Un outil de gestion de version post-CVS, de type SVN ou GIT, est indispensable et rarement utilisé de manière optimale. Même si l’usage de ces logiciels est courant, il est important de rappeler leur utilité et leurs règles de bon usage.

Le tagging est une activité essentielle qui permet de pouvoir gérer proprement les retours en arrière, souvent nécessaires dans une activité de développement logiciel. Grâce à SVN, les multiples répertoires “sources”, “sources2”, “sources-temp”, “sources-old” n’ont plus de raison d’être sur des postes de développement : l’outil gère tous ces besoins d’historisation du code à notre place.

Là encore, l’usage de systèmes de gestion de version, même dans une pratique en solo me semble indispensable. Des commits fréquents, basés sur la réalisation de tâches unitaires (par exemple, un item de Bugzilla), permet d’avoir un suivi du code source très clair et la quasi assurance que chaque révision est fonctionnelle. En outre, le respect de ces bonnes pratiques participent aussi à optimiser son temps de travail.

svnX (un client SVN sous Mac OS X)

Remarques

Les outils recensés dans cette page sont donc des outils de :

Quelques suites logicielles existent permettant de gérer tous ces points (de type Atlassian). Je n’en parle pas ici pour deux raisons :